Des biens immobiliers vendus par l'Etat

Des biens immobiliers vendus par l'Etat
By Luis RIBEIRO . 5 years
Categories :
Biens Immobiliers

Lorsqu’un pays est en crise, il lance une grande campagne de chasse aux gaspillages pour réduire les dépenses et une grande vente de biens pour récupérer des liquidités. C’est ce que fait aujourd’hui le Portugal en annonçant céder quelques 2.000 biens immobiliers en sa possession, dans les toutes prochaines années. Une manne financière pour l’Etat, de belles opportunités pour des acheteurs potentiels.

 

Une position européenne

Pour faire face à la crise, le gouvernement portugais a pris un certain nombre de mesures, depuis plusieurs années. Il n’est d’ailleurs pas le seul dans ce cas puisque l’Espagne publiait, en 2013, une liste de 15.135 biens immobiliers publics à mettre en vente d’ici fin 2015 afin de récupérer 2 à 3 milliards d’euros. De son côté, la Grèce, en faisant de même, comptait sur une rentrée de 19 milliards d’euros. Quant à l’Italie, elle visait plus particulièrement son patrimoine artistique. Enfin, pour prendre un dernier exemple, la France annonçait, à cette même date, avoir déjà récupéré 2 milliards d’euros avec la vente de monuments historiques, d’hôtels particuliers, de terrains ou de bureaux. On le voit, le Portugal n’est donc pas le seul à agir ainsi et s’inspire aussi de ses voisins. Il possède, en outre, quelques atouts supplémentaires, avec une législation favorable aux investisseurs étrangers (Visa d’Or ou statut de résident non-habituel) et une richesse touristique indéniable.

 

Une rentrée d’argent pour l’Etat

Depuis déjà plusieurs années, l’Etat a vendu quelques-unes de ses richesses. Renflouer les caisses est un souci permanent pour permettre à la dette publique de diminuer. On trouve déjà de nombreuses traces de ventes de biens divers. On peut trouver des ventes d’entreprises publiques, comme il l’avait promis, en avril 2011, lors du prêt de 78 milliards d’euros par l’UE, par la BCE et par le FMI. C’est le cas d’EDP (énergie) racheté par le Chinois Three Gorges, ANA (la gestion des aéroports) par Vinci, REN (gaz et électricité) par State Grid et Oman Oil (Chine). On peut citer, aussi, la cession de biens culturels comme la tentative de vente discrète des 85 tableaux de Miró, en 2014, qui a largement fait débat dans les journaux et sur la toile.

 

Le cas de l’immobilier public

En immobilier, on trouve une trace, déjà en 2007, de la mise en vente de 157 biens immobiliers pour la somme de 20 millions d’euros ou de 29 immeubles en 2012 pour 6,9 millions d’euros, parmi lesquels le parking “campo 24 de Agosto” à Porto, pour 2,8 millions d’euros, une boutique à Lisbonne, un immeuble à Coimbra, etc. 

En 2014, comme l’annonce l’Express.be, une “vente aux enchères d’appartements et de boutiques appartenant à l’Etat portugais. Près de 90% des participants à cette vente étaient Chinois, et ils ont acheté plus des deux tiers des 45 propriétés proposées à la vente”.

On trouve encore la maison de l’ancien dictateur Salazar, mise en vente par une agence immobilière lisboète pour 5,5 millions d’euros qui était une résidence du Premier Ministre, mais en ruine.

Début 2015, apparaissent encore 60 biens immobiliers pour lesquels l’Etat entend engranger 172 nouveaux millions. On y trouve, cette fois, des casernes, des forts, des hôpitaux militaires, des terrains d’aviation, pour financer une restructuration.

L’objectif annoncé du gouvernement est de récupérer 32 millions cette année et 20 millions pendant 7 ans, soit le total de 172 millions annoncé.

Toutes ces ventes entrent dans une rigueur budgétaire pour continuer de rembourser sa dette. On parle désormais de 2.000 immeubles qui pourraient, dans les années à venir, continuer de remplir les caisses publiques.

 

Des opportunités pour les particuliers

Ainsi, particuliers, investisseurs, promoteurs, peuvent trouver, dans ces biens immobiliers, de jolis biens, que ce soit pour habiter personnellement, pour investir dans du locatif, ou pour monter des opérations de plus grande envergure. Souvent cédés à des prix intéressants, ces ventes sont confiées à la Direction Générale du Patrimoine, sur laquelle il est intéressant de jeter un oeil, régulièrement.