Le business des maisons de luxe grandit de plus en plus au Portugal

Maisons de luxe au Portugal
By Paula ALVES . 3 years
Categories :
Immobilier Portugal

Les Portugais sont au top dans l’achat des maisons de luxe dans leur pays

 

Les maisons de luxe sont de plus en plus demandées au Portugal, aussi bien par les Portugais que par les étrangers. C’est un business qui implique des millions d’euros et qui a un impact direct chez les agences immobilières. L’année dernière, le volume des commissions des agences immobilières para rapport au segment de luxe a atteint les 51,4 millions d’euros, soit 57% de plus que  la valeur totale en 2014 (33 millions d’euros).

 

C’est l’une des conclusions de l’étude du consultant Dun & Bradstreet, qui a examiné le secteur. L’hebdomadaire Expresso a eu accès à ce document, où sont indiquées les marques qui, de nos jours, dominent le secteur immobilier de luxe au Portugal, à savoir Sotheby’s, Christie’s et Fine & Country, par exemple. Mais en tête, figure Remax Collection qui, selon les calculs de Dun & Bradstreet, absorbe environ 40% du marché, soit 21,2 millions d’euros d’un total de 51,4 millions.

 

En 2016, 127.106 biens immobiliers, neufs et d’occasion, dont la valeur a dépassé les 14,8 milliards d’euros, ont été vendus. Le segment de luxe représente 7% de ce total, selon l’Expresso. Les agences qui vendent le plus sur le marché de luxe au Portugal, à part RE/MAX Collection, sont Sotheby’s, avec 9,9 millions d’euros de volume de facturation et Christie’s (Porta da Frente et Luximo’s), avec 8,1 millions d’euros.

 

“Les Portugais sont les grands acheteurs dans ce segment immobilier premium – responsables pour 51% de nos transactions. Et ce n’est pas dû uniquement au retour du crédit immobilier. Il est vrai que les Portugais ont toujours été ceux qui pesaient plus au niveau de la facturation dans ce segment, même lors de la crise et quand les banques ne finançaient pas l’acquisition de la maison. Les personnes réalisent déjà qu’investir dans une « brique »  comme disaient mes grands-parents, est plus sûr que d’investir dans des produits financiers; une perception qui s’accentue face aux situations d’effondrement des banques" explique Beatriz Rubio, PDG de Remax au Journal Expresso.

 

 

Source : Expresso