MEMBRE DU GOUVERNEMENT ENVISAGE RÉDUIRE L'HÉBERGEMENT LOCAL À LISBONNE

Hébergement local à Lisbonne
By Paula ALVES . 3 years
Categories :
Actualités

Actuellement, les municipalités n'ont pas le pouvoir de limiter l'hébergement local
 

La secrétaire d'Etat du Tourisme, Ana Mendes Godinho, est d'accord avec la proposition de l'actuel Maire de Lisbonne, Fernando Medina, visant à réduire l'hébergement local dans certains quartiers de Lisbonne. En ce qui concerne l'application de la taxe touristique dans tout le pays, Ana Mendes Godinho affirme que la mesure a bien été appliquée à Lisbonne, mais qu'elle doit être réadaptée pour s'adapter aux autres réalités locales.

 

Ana Mendes Godinho ajoute que "ça ne vaut pas la peine de dire qu'il n'y a pas de problèmes dans ce secteur. Ils sont complètement localisés et on peut les reconnaître dans certains quartiers spécifiques de Lisbonne et de Porto. La législation ne permet pas aux caméras de limiter le logement local".

 

"Je suis entièrement d'accord que la loi elle-même puisse admettre que, s’il existe trop d’hébergements locaux dans certains quartiers, il devrait y avoir des mécanismes qui permettent aux caméras de dire que la zone a la possibilité ou pas d’avoir plus d’unités à un certain moment", explique Ana Mendes Godinho. Selon la secrétaire d'État du Tourisme, au total, selon les indicateurs de surcharge, deux ou trois quartiers devraient être signalés à Lisbonne et à Porto.

 

Concernant l'application de la taxe de séjour dans l'ensemble du pays, Ana Mendes Godinho dit qu'à Lisbonne la mesure était bien appliquée, mais qu'elle devrait être définie en fonction des autres réalités locales. Elle accepte d'appliquer la taxe à Porto, par exemple. En effet, cette mesure est déjà en cours de discussion. La Mairie de Porto a entamé le débat public sur le règlement pour créer une taxe de séjour de deux euros par nuitée, basée sur la proposition majoritaire menée par l'indépendant Rui Moreira.

 

Selon Ana Mendes Godinho, la croissance des revenus est le double du nombre de touristes, car elle est misée sur les marchés où ils dépensent le plus. "Nous augmentons d’environ 10% du nombre de touristes de janvier à juin, et de 20% en termes de revenus touristiques», dit-elle. "Nous sommes actuellement une étude de cas en Europe."

 

 

Source: EcO