Acheter une maison: les étrangers dépensent plus 40% que les Portugais

Acheter une maison
Par Paula ALVES Il y a 1 an
Catégories :
Investir au Portugal

Pour acheter une maison, les étrangers investissent 338 mille euros, soit 40% de plus que les Portugais

 

Acheter une maison à Lisbonne devient de plus en plus cher. La personne qui veut vivre dans la capitale portugaise, qu'elle soit portugaise ou étrangère, doit payer un prix élevé. Il y a tout de même une différence: les étrangers continuent à payer plus au moment d'acheter une maison à Lisbonne que les Portugais. Depuis un an et demi, les étrangers qui ont acquis une habitation dans les 11 quartiers de Lisbonne intégrés dans le SIR - Urban Rehabilitation (SIR-RU) ont dépensé environ 338 000 euros. Cette valeur est de 40% en plus que les 244 000 euros investis par les Portugais.

 

Ce sont quelques-unes des conclusions d'une étude menée par Confidencial Imobiliário (CI), dans laquelle les différences dans le profil des acquisitions entre les acheteurs nationaux et internationaux y sont soulignées, en commençant par les quotas que les étrangers ont sur le nombre de transactions et le volume total d'investissement. Les étrangers représentent 18% (1300 acquisitions) du total des 7300 transactions domiciliées dans cette zone pendant 18 mois: un pourcentage qui passe à 24% lors de l'analyse de la valeur.

 

Les étrangers ont été à l'origine de 446 millions d'euros sur les 1900 millions d'euros échangés dans le marché de l’immobilier. C'est dans le centre historique de Lisbonne, surtout dans les quartiers de Santa Maria Maior, de São Vicente et de la Misericórdia, où se trouve le quota d'investissement international le plus élevé, dépassant les 30%. Puis, suivent les quartiers de Estrela, de Campo de Ourique, des Avenidas Novas et de Arroios avec une incidence de 19%; et finalement, les quartiers d'Alcantara, d’Ajuda et de Belém, avec environ 10% de la valeur négociée par des étrangers.

 

Selon une étude du Ci, la capitale portugaise attire de plus en plus d'étrangers et plus de nationalités. Au total, il y en a 84, qui viennent du monde entier, notamment les Chinois (21%), les Français (20%) et les Brésiliens (10%). "L'émergence d'autres nationalités, notamment brésilienne et turque, et cette nouvelle réalité apportent une perspective de haute sécurité à la dynamique établie, en montrant que la ville peut être résiliente aux éventuelles ruptures de demandes d’une certaine nationalité. Et plus que ça, cela confirme la consolidation de Lisbonne en tant que destination d'investissement international », explique Ricardo Guimarães, directeur du Ci.

 

Source : Idealista