Moins de 23.000 bailleurs à avoir déclaré en 2017

Maisons louées au Portugal
Par Paula ALVES Il y a 1 an
Catégories :
Immobilier Portugal

En seulement deux ans, il y a eu moins de 4% de contribuables à déclarer les loyers

 

Bien que le montant des loyers ne cesse d'augmenter, de nombreux bailleurs ne veulent plus garder le business, bien au contraire. En 2015, plus de 570 000 contribuables ont déclaré des revenus provenant des loyers. En 2017, ce chiffre chute à 546 770, soit une diminution de plus de 23 000 personnes. Il y a plusieurs raisons qui peuvent justifier cette baisse: remettre sur le marché les maisons vacantes, comme par exemple les rentabiliser en tant qu’hébergement local, ou même les vendre, pour profiter de ce boom du marché immobilier.

 

Cette diminution de 4% du nombre de bailleurs qui, en deux ans, n'ont pas déclaré les revenus de loyers à l'administration fiscale et douanière, s'est fait accompagner d'une légère augmentation de la valeur déclarée. 3,05 milliards d'euros de loyers ont été déclarés en 2017 dans les Déclarations des Impôts sur le Revenu. Ce chiffre était de 3,01 milliards d'euros il y a deux ans, en 2015, la première année où ce genre de revenus a dépassé les trois milliards d'euros par an.

 

Pour le président de l'Association des propriétaires de Lisbonne (ALP), Menezes Leitão, la charge fiscale excessive et les modifications apportées à la loi sur les loyers (qui ont prolongé la période de protection des locataires âgés et des ressources financières plus faibles) sont responsables de ce phénomène. Menezes Leitão pense que beaucoup de ces maisons "sont tournées vers la vente". "En ce moment, les prix sont excellents pour la vente, je pense même que l’augmentation est trop rapide, et il est tout à fait naturel que les bailleurs en profitent pour vendre."

 

L’hébergement local est également présenté comme l'une des causes de cette baisse de maisons à louer. "La baisse de l'offre de maisons à louer est un fait", a déclaré Romão Lavadinho, président de l'Association des locataires de Lisbonne (AIL). Pour le président, il peut être tentant d'augmenter les prix de l'immobilier, mais c’est aussi un risque pour le propriétaire. "Si nous pensons que le salaire moyen est d'environ 900 euros, il est facile de voir qu'un couple peut difficilement gérer un loyer de 1100 euros, car personne ne peut vivre, en affectant deux tiers des revenus pour payer le loyer."

 

 

Source : Dinheiro Vivo