Des investisseurs étrangers misent sur la dette portugaise

Investisseurs étrangers et la dette
Par Paula ALVES Il y a 1 an
Catégories :
Actualités

Ce que les investisseurs internationaux recherchent, c’est un énorme surplus pour la dette portugaise

 

L'amélioration du rating du Portugal a conduit à un pari plus fort pour les investisseurs étrangers en ce qui concerne la dette nationale. Après plusieurs années, durant lesquelles la dette portugaise n'a attiré personne, et encore moins les étrangers, ces derniers mois, les obligations de l’État ont attiré de plus en plus d'investisseurs internationaux. Depuis le début de l'année, les non-résidents ont augmenté leurs investissements en titres de créance d'une durée de plus d'un an à 6,1 milliards d'euros, selon les données de la Banque du Portugal.

 

Au total, les investisseurs étrangers détiennent 65,28 milliards d'euros en titres d'État supérieurs à un an. Cette reprise de l'intérêt des investisseurs étrangers envers la dette nationale pourrait s'avérer être l'un des facteurs qui contribuent à renforcer l'économie portugaise, face à une réduction du soutien de la Banque Centrale Européenne. 

 

"Les taux des obligations portugaises devront augmenter parallèlement au reste de la dette européenne, mais nous pensons qu'une telle hausse pourrait être freinée si les non-résidents continuent à remplacer la demande de la BCE", explique la banque d'investissement Nomura. Bien que la BCE achète actuellement moins de dette portugaise que prévu, la remontée du rating bénéficie la dette nationale.

 

En septembre, l'agence de notation Standard & Poor's a déclassé le Portugal du «junk». La semaine dernière, Fitch a également relevé la notation du pays à deux niveaux, assimilant le Portugal à l'Italie. Ces décisions ont fait en sorte que la baisse des taux d'intérêt portugais soit inférieure aux obligations italiennes.

 

Outre l'investissement plus important des investisseurs étrangers dans la dette portugaise, Nomura souligne une autre des forces de la dette nationale: la stratégie mise en œuvre par le gouvernement actuel des remboursements anticipés au Fonds Monétaire International (FMI), qui a permis de remplacer la dette à taux plus élevés à des taux plus bas. En 2018, le plan initial prévoit que le Portugal versera plus de 800 millions d’euros au FMI, mais ce chiffre pourrait être plus élevé compte tenu du rythme des paiements anticipés effectués en 2017.

 

Source : Dinheiro Vivo